Blog

Le guide du Marketeur avisé : Zoom sur l’opérateur de messagerie Microsoft Hotmail

Return Path | 4 septembre, 2012

Après avoir étudié les spécificités de Yahoo!, je vous propose aujourd’hui d’étudier celles de Microsoft Hotmail dans le cadre de notre série dédiée aux FAI.

Hébergeant plus d’un milliard de boîtes à lettres pour 350 millions d’utilisateurs actifs, Microsoft est sans conteste le premier opérateur de messagerie au monde. Pas moins de 8 milliards de messages sont ainsi traités chaque jour, et 30 à 35% de ces 8 milliards de messages parviennent dans la boîte de réception de leurs destinataires. Les marques et noms de domaine Windows Live Hotmail (hotmail.com), MSN (msn.com) et Windows Live (live.com) sont rattachés à Microsoft, le plus utilisé des trois étant de loin Hotmail.

Lancé dès 1996, HoTMaiL est l’un des plus anciens webmails et son succès s’étend aujourd’hui au monde entier. Il s’agit de l’un des domaines les plus fréquentés non seulement aux Etats-Unis mais aussi au Brésil, en Australie et dans la plupart des pays d’Europe.

Return Path apprécie tout particulièrement l’écosystème que Microsoft a mis en place pour protéger contre le spam aussi bien ses utilisateurs que les annonceurs. A ce titre, le portail SNDS (Smart Network Data Services) a été créé il y a plusieurs années, afin d’offrir aux expéditeurs un outil gratuit de surveillance du trafic émis par leurs adresses IP en direction des serveurs de messagerie de Microsoft. Les statistiques fournies par le SNDS portent notamment sur le volume d’emails, les plaintes, les pièges à spam et quantité d’autres informations utiles concernant vos campagnes emailing.

Profil type des utilisateurs. Une étude de hunch.com révèle un certain nombre de caractéristiques au sujet des utilisateurs de Hotmail. La majorité d’entre eux sont diplômés et âgés de 18 à 34 ans (ou plus jeunes). 48% d’entre eux sont vraisemblablement célibataires, habitent en banlieue, possèdent un ordinateur portable et portent un jean assorti d’un T-shirt. Ils ont 13% plus de chances d’être introvertis qu’extravertis et sont de grands voyageurs (68% à visité au moins cinq pays). Si vous envisagez une segmentation par FAI, je vous suggère de prendre connaissance de la suite de l’article paru dans Hunch.

–Filtres anti-spam. Hotmail a recours à la technologie brevetée SmartScreen de Microsoft, qui s’appuie sur l’apprentissage automatique pour protéger les boîtes de réception des utilisateurs contre les courriers indésirables (spam). Au cœur de cette technologie : une base de données qui s’incrémente dès qu’une nouvelle attaque malveillante de type spam ou phishing est identifiée ; cette base de données prend également en compte le retour des clients Hotmail ayant fait le choix de participer à son programme de boucles de rétroaction.

A l’instar de nombreux FAI, Microsoft accorde une attention particulière au volume des plaintes et au volume des pièges à spam pour prendre ses décisions en matière de délivrabilité. En outre, l’opérateur de messagerie s’en remet à son réseau SRD (Sender Reputation Data) pour une part non négligeable de ses décisions en la matière. Combiné à d’autres indicateurs de réputation tels que le JMRP (Junk e-Mail Reporting Program), le programme SRD contribue à optimiser la technique de classement des messages par SmartScreen en fonction de la réputation de leur expéditeur et de leur contenu.

Le degré de tolérance quant aux retours négatifs susceptibles d’être remontés par les abonnés a récemment été revu à la baisse par Microsoft, aussi les votes des participants au programme SRD jouent-ils un rôle non négligeable dans le placement, ou non, de vos messages en boîte de réception. Les participants au programme SRD sont sélectionnés de façon aléatoire parmi les utilisateurs actifs de Hotmail et ce, dans plus de 200 pays ; les contributions volontaires ne sont pas admises.

–Réputation des expéditeurs. Le SNDS est un outil capable de vous fournir des données détaillées relatives à votre réputation en tant qu’expéditeur et à votre délivrabilité dans les boîtes Hotmail mais il est également en mesure de vous donner des indications sur la façon dont vos messages risquent d’être traités par les autres FAI. Microsoft surveillant désormais les pics de volume, prenez par conséquent bien garde à échelonner vos emailings dans le temps. Gardez également à l’œil les codes couleur mis en avant par l’outil SNDS : très bon signe, le vert laisse augurer un placement en boîte de réception optimal. Le jaune laisse présager un traitement aléatoire de vos messages. Si les voyants sont rouges, sans doute est-il grand temps de revoir complètement l’ensemble des pratiques inhérentes à l’envoi de vos campagnes emailing !

–Boucles de rétroaction. Microsoft propose le service gratuit JMRP (Junk e-Mail Reporting Program) à quiconque souhaite y adhérer. Ce service propose aux expéditeurs de connaître les utilisateurs de Hotmail qui ont déposé une plainte en cliquant sur le bouton « Signaler comme spam » à l’ouverture d’un ou plusieurs de leurs emails.

Nous vous recommandons vivement de supprimer sans délai ces plaignants de vos listes de diffusion afin de nettoyer celles-ci et d’améliorer ce faisant votre réputation d’expéditeur auprès de Microsoft. Nous vous suggérons par ailleurs d’examiner attentivement l’en-tête des messages ayant fait l’objet de plainte, afin de vérifier si ces messages ont été marqués comme spam ou phishing ; l’objectif étant de rectifier ensuite en fonction les caractéristiques de votre campagne susceptibles d’avoir suscité des plaintes ; en général, le contenu est tout aussi souvent à incriminer que les pratiques  inhérentes à l’envoi des campagnes.

–Distribution prioritaire. Microsoft ne gère pas de liste blanche en propre mais participe au Programme Email Certified Whitelist de Return Path. Les participants à ce programme contournent tous les filtres anti-spam avec la certitude de voir leurs messages distribués aux utilisateurs de Hotmail avec les images activées par défaut.

–Infrastructure d’envoi – pré-requis. Aux côtés de plusieurs autres leaders du marché, Microsoft a inventé le Sender ID Framework pour contribuer à lutter contre la technique de l’usurpation d’identité (spoofing) pratiquée par les spammeurs.

Sender ID est une norme d’authentification fiable du nom de domaine de l’expéditeur d’un email. Sender ID fonctionne par la publication, dans le DNS, d’un enregistrement (de type SPF ou, autrefois, de type TXT) indiquant quelles adresses IP sont autorisées à envoyer des emails pour le domaine considéré. La syntaxe utilisée dans cet enregistrement est celle de SPF (Sender Policy Framework). Cette méthode d’authentification doit être appliquée pour tous les emails adressés à Microsoft.

L’an passé, Microsoft a par ailleurs commencé à exercer des contrôles DKIM. DKIM (DomainKeys Identified Mail) est une seconde norme d’authentification fiable du nom de domaine de l’expéditeur d’un email, qui constitue une protection efficace contre le spam et l’hameçonnage (phishing). En effet, DKIM fonctionne par signature cryptographique du corps du message et d’une partie de ses en-têtes. Une signature DKIM vérifie donc l’authenticité du domaine expéditeur et garantit l’intégrité du message.

Cette seconde méthode est mise en œuvre en cas d’échec de la première (Sender ID). Si aucune de ces deux méthodes d’authentification n’aboutit, les filtres de Microsoft classent le(s) message(s) concerné(s) dans le dossier Courriers indésirables, voire même le(s) supprime(nt) purement et simplement.

Dans l’attente de la publication de notre prochain billet dédié à Gmail, nous vous invitons à découvrir celui que nous avons récemment consacré à Yahoo!.

Your browser is out of date.
For a better Return Path experience, click a link below to get the latest version.