Blog

Intégration sur mobile : 7 idées d’optimisation simples à mettre en place…

Sophie Jean | 11 juillet, 2016

Selon les analyses réalisées sur un grand nombre de marques ayant mis en place un programme emailing, il s’avère qu’entre 35 et 45% des utilisateurs utilisent leur mobile pour visualiser les emails.

Notre outil Email Client Monitor nous permet de calculer, sur la population ciblée par vos emails et selon les envois effectués, la répartition des différents supports utilisés :

SEMEA 12-07-1
4 principales catégories sont relevées :

  • Desktop : il s’agit de logiciels installés sur un Mac ou un PC. De nombreux types d’adresses dispensées par des opérateurs de messagerie sont consultables via ces logiciels, en IMAP ou POP. Exemple : Outlook, Lotus Note, Apple Mail ou Thunderbird.
  • Webmail : Accès via des navigateurs internet tels qu’Internet explorer, Firefox, Chrome… qui sont en général des services gratuits. Par exemple, Gmail, Outlook.com, Yahoo ! et AOL.
  • Mobile : Répertorie toutes les consultations d’emails faites sur téléphone mobile
  • Other (autre) : Rassemble toutes les autres ouvertures dont il est compliqué de distinguer réellement l’origine (ordinateur, mobile ou webmails ?)

Il est également possible d’obtenir le détail par type de supports :

semea 12-07-2

 

Des tendances seront alors dégagées, avec tel ou tel système utilisé plutôt qu’un autre, ce qui permettra, par exemple, de trouver les meilleurs axes d’optimisation de créations graphiques.

Concernant le mobile, il représente aujourd’hui notre ‘couteau suisse’ : chacun l’a quasiment en permanence en sa possession et il est possible de téléphoner, échanger, lire ses emails, acheter, réserver…, une multitude de services, réalisés auparavant via différents d’outils.

Lorsqu’un email est envoyé, selon le moment où il est reçu, de nombreuses études ont montré que le support de lecture est potentiellement différent :

  • Un email reçu en matinée, avant 8h, sera lu sur un mobile : en allant au travail, ou encore dès le réveil, les utilisateurs consultent souvent les emails reçus la veille au soir ou pendant la nuit.
  • Un email reçu aux heures de bureau, entre 9h et 18h, sera lu sur un ordinateur fixe, souvent sur le lieu de travail
  • Après 18h, il y a de fortes chances de voir son email lu via une tablette
  • A partir de 23h, on repassera sur mobile

Ainsi et devant l’essor des supports mobiles (tablettes et téléphones compris), il devient capital d’adapter les créations graphiques des emails et plus largement des pages de destination indiquées dans les liens des emails.

 

SEMEA 12-07-3
Afin de vous guider vers un début d’optimisation, voici 7 points basiques qui peuvent dès à présent vous apporter une amélioration non négligeable de vos communications et de leur lecture sur un support autre que les webmails classiques :

  • Tout d’abord, il s’agit pour les marketeurs de procéder à un travail de fond : lors de la conception de l’email, il est important de bien définir l’objectif de celui-ci : quel est le message principal que l’on veut transmettre à ses utilisateurs : est-ce l’offre du moment ? ou tout simplement les amener sur le site ?
    Sur l’exemple ci-contre, on distingue clairement une offre accroche (Ventes Flash sur 48h). Des exemples de produits sont alors ajoutés, ce qui envoie le bouton dit call-to-action plus bas sur la création graphique.
  • L’adaptation de cet email sur mobile peut se faire de différentes façons, tant qu’il est possible de bien à distinguer l’offre du moment, et le lien pour y accéder sur le site web.
  • Le bandeau indiquant les Ventes Flash sera à revoir, de façon à ce qu’il occupe moins d’espace dans la création graphique.
  • Il devra être décidé de prioriser les messages à faire passer ici :
    • Met-on uniquement les Ventes Flash en avant ?
    • Donne-t-on des exemples pour prouver la pertinence de ces ventes ?
    • Axe-t-on sur les produits exemples ?
    • Le bouton call-to-action est-il indispensable ou mise-t-on sur une image cliquable ?
  • Il faut donc simplifier au maximum le message de l’email, ce qui veut souvent dire n’en laisser qu’un seul.
  • Adapter le design de l’email au mobile, tout en respectant la charte graphique de votre marque. Disposer de couleurs, de logos, d’images percutantes favorisent l’intérêt de l’utilisateur certes mais si votre email n’est correctement lisible que sur ordinateur de bureau, vous perdez potentiellement jusqu’à 45% de votre audience, selon certaines heures. Epurez votre email ! Un écran d’ordinateur permet une lecture jusqu’à 1920 pixels de large quand un mobile n’en permet que 600 pour les écrans les plus grands. Votre charte graphique a probablement été conçue bien avant votre site internet et l’adaptation de votre logo au tout petit support n’a peut-être pas été réfléchie à l’époque. Ainsi, miser sur vos couleurs principales, tacher de réaliser un logo simplifié mais visible en petit taille (à partir de 48 pixels). L’esprit de votre marque doit perdurer même si tous les éléments constituant votre identité ne sont pas tous présents.
  • Ajouter une barre de navigation des rubriques de votre site : Misez sur les rubriques principales, car mettre tout un panel d’onglets pourrait entrainer une difficulté de lecture. Reprenez les rubriques les plus importantes de votre site internet, 2 ou 3 suffiront, afin de guider vos utilisateurs. Egalement, cette barre de navigation pourra changer en fonction des emails et des objectifs que vous vous êtes fixés.

Exemple de barre de navigation sur site internet :
navigation sur site

On pourrait envisager une barre de navigation comme tel sur mobile :

semea 12-07-4
La barre de navigation a été simplifiée en 4 rubriques importantes :

  • Ventes exclusives
  •  Mon compte
  •  Femme
  •  Homme

Ces onglets sont ceux qui sont très souvent consultés et qui sont susceptibles de générer de la conversion.

  •  Le bouton d’appel à l’action aussi appelé « call to action » devra idéalement être placé en évidence (partie haute de la création graphique) et le plus simplifié possible. On résumera l’action attendue de la part des utilisateurs à un verbe, une expression favorisant le clic, quite à utiliser des termes anglais : «GO, découvrir, profiter, essayer, acheter »… Le plus adapté est de réaliser ce bouton en version texte plutôt qu’en image. En effet, en l’absence de l’affichage correct, le texte permettra de faire comprendre rapidement à l’utilisateur l’action attendue de sa part.
  •  Une des pratiques très en vogue est d’avoir également, en plus d’un site internet, de magasins physiques ou de la combinaison des 2, une application mobile facilitant les achats. En effet, le lien n’en sera que plus direct, il sera même envisageable de créer un programme email propre aux utilisateurs de cette application avec offres spécifiques ou autres avantages. Mettez donc en avant votre application mobile !
  •  Dernier point évident mais pas forcément mis en application : avoir des pages de destination (pages vers lesquels emmènent les liens présents dans vos emails) également adaptées aux mobiles. Autrement dit, un email construit pour s’afficher correctement sur mobile doit envoyer vers des pages elles aussi adaptées sur mobile. Il faudra donc penser à mettre en place une version épurée, mais tout aussi efficace de votre site, en suivant les conseils donnés précédemment.

Pour finir, et pour les plus techniques d’entre vous, il est question souvent d’emails « Mobile friendly » et « Responsive design ». Mais quelles sont les différences ?

Le Mobile Friendly aussi appelé « Scalable Design » signifie qu’un email ou qu’un site a été conçu pour être consulté quel que soit le support utilisé : mobile ou écran d’ordinateur. Quelques contraintes sont ajoutées dans le code de manière à permettre un affichage correct quel que soit le support de lecture utilisé.

Le Responsive Design, quant à lui, est obtenu grâce à l’utilisation de paramétrages spécifiques appelés « Media Queries » permettant de détecter la largeur d’écran du support de lecture utilisé. Les éléments constitutifs de l’email ou du site – que ce soit tailles de texte, images ou boutons – seront alors automatiquement adaptés.

Ces 2 techniques apportent un niveau de complexité supplémentaire mais pour tout bon intégrateur, il devient essentiel de les développer pour mieux les maîtriser. Nous vous avons mis le pied à l’étrier, à vous de continuer et de vous perfectionner !

Your browser is out of date.
For a better Return Path experience, click a link below to get the latest version.