Blog

Ce que l’on ne vous a pas dit au sujet du courrier indésirable

Return Path | 6 novembre, 2013

Dans les années 1970 et 1980, une émission de radio appelée « The Rest of the Story » (en français, « Le fin mot de l’histoire ») était diffusée sur les ondes américaines. L’animateur y relatait diverses anecdotes et autres faits méconnus en omettant toujours un élément clé qu’il ne communiquait qu’à la fin de l’émission. Après avoir piqué la curiosité de l’auditeur avec un récit intéressant mais incomplet, il révélait, au dernier moment, « ce que le public ignorait ne pas savoir » et concluait chaque émission par l’expression « à présent, mes amis, vous connaissez le fin mot de l’histoire ».

Cette expression trouve tout son sens à la lecture des articles sur la chute extraordinaire du volume du courrier indésirable enregistrée l’année dernière. Certes, 2012 fut une grande année pour les « chasseurs de spam ». Comme le révèle Christine Borgia dans son billet Spam : une tendance à la baisse, mais un risque toujours bien réel pour les usagers, les volumes de spam n’ont jamais été aussi bas. Et 2012 fut aussi l’année qui a vu le démantèlement du réseau de robots Grum. D’après l’un des ingénieurs ayant participé à l’opération, Grum était sans doute responsable de 35 à 50 % des courriers indésirables transmis chaque semaine dans le monde.

Ce portrait de la situation est toutefois incomplet. Eleven GmbH, un fournisseur allemand de technologies antispam, a publié un article intitulé 2012 and 2013 E-mail Security Trends: Increased Threat Levels despite Spam Decline, où il affirme que, malgré le déclin du courrier indésirable, la menace reste bien présente et même qu’elle s’intensifie. Selon la société, « 2012 a été l’année des campagnes ciblées de spam, de phishing et de logiciels malveillants ». Les attaques de logiciels malveillants ont littéralement explosé et, pour la première fois en septembre 2012, le pourcentage d’attaques de redirection furtives (drive-by) véhiculées par les emails a atteint 10 % du volume total de spam. A cet égard, Eleven rejoint Tom Sather qui, dans son billet sur la crise de confiance affectant la messagerie intitulé Is Email Facing a Crisis of Trust?, prédit qu’une longue lutte sera nécessaire pour enrayer le phishing. Car 2013 a bel et bien été l’année du phishing.

L’année dernière, en prévision de cette menace accrue, Return Path a lancé sa suite de solutions antiphishing. Celle-ci permet aux annonceurs et aux opérateurs de messagerie d’exploiter les technologies d’authentification pour protéger leurs utilisateurs et leurs flux de messages. Les opérateurs de messagerie peuvent ainsi prévenir de façon proactive les attaques de type phishing en envoyant leurs résultats d’authentification au service Return Path Authentication Data Cooperative. Quant aux annonceurs, ils peuvent gérer et surveiller leurs profils d’authentification et confirmer qu’ils authentifient tous leurs flux de messages.

Les volumes de courrier indésirable enregistrent peut-être un creux historique mais les chiffres ne disent pas tout. Le spam a évolué et est plus dangereux que jamais. En sa qualité de leader dans le domaine de l’Email Intelligence, Return Path continue de montrer la voie en faisant de «l’année du phishing » « l’année de l’authentification ». A présent, amis annonceurs, vous connaissez le fin mot de l’histoire !

Your browser is out of date.
For a better Return Path experience, click a link below to get the latest version.